Témoignage de Nicolas Maze Sencier, ingénieur consultant junior (bientôt senior) chez Accenture. Interrogé sur son parcours profesionnel, Nicolas revient sur son expérience Accenture. Du stage à sa dernière promotion, Nicolas nous parle de son évolution au sein du Groupe Accenture.

Depuis combien de temps, travaillez-vous au chez Accenture ?

Je suis entré chez Accenture en octobre 2011 dans le cadre d’un stage de césure, en tant que stagiaire « ingénieur consultant junior ». J’ai eu l’opportunité de trouver ce stage suite au forum Entreprises organisé au sein de mon école d'ingénieur à Supélec. Cette première expérience était une réussite, c’est pourquoi à la fin de mes études en avril 2013, Accenture m’a recontacté pour me proposer un poste en CDI en tant qu’ « ingénieur consultant junior » que j’ai accepté avec joie. Aujourd’hui c’est moi qui est l’honneur d’aller dans les écoles pour présenter Accenture et pourquoi pas repérer de futurs collaborateurs.

Lors de votre entretien d’embauche, avez-vous évoqué votre situation de handicap ?

La première phase du processus de recrutement au poste qui m’a été proposé chez Accenture est un exercice écrit où il faut résumer un article en anglais. Etant mal voyant depuis la naissance, il m’est impossible d’écrire correctement à la main, j’ai donc été dans l’obligation de faire part de mon handicap au recruteur en lui indiquant que j’aurai besoin d’apporter mon PC pour passer cette première épreuve.

Selon moi, le fait que je parle facilement de mon handicap et que je l’accepte, contribue au fait que les membres de mon entourage professionnel soit à l’aise avec ma différence et le vivent bien. Dans le cadre de mon métier, je suis amené à travailler chez des clients très différents. A chaque premier rendez-vous sachant que mon handicap est non visible, je leur présente les choses pour enlever très vite les barrières et faire que le handicap passe ensuite en second plan.

Avez-vous eu besoin d’un aménagement de poste ?

Afin de pouvoir travailler dans les meilleures conditions qui soient, un aménagement de poste était nécessaire. Cela s’est traduit par la mise à disposition d’un ordinateur avec un logiciel type « Zoom texte », une caméra qui permet de faire des présentations murales et un monoculaire.

Aujourd’hui, je suis très épanoui dans mon poste, mes missions me plaisent et je suis ravi de voir que le groupe et les clients pour lesquels je travaille me font confiance. En octobre dernier, Accenture m’a annoncé que je serai promu au poste d’« ingénieur consultant senior »  à compter de décembre 2014.

Avez-vous l’impression que les personnes sont sensibilisées au handicap au sein d’Accenture?

J’ai l’impression que de plus en plus de personnes sont en effet sensibilisées au handicap. Il y a des actions de communication auprès des collaborateurs dans l’entreprise. Je pense notamment aux formations, à la BD envoyée chaque mois aux collaborateurs qui met en avant différentes situations de handicap (ex : mal voyant, diabétique…), à la diffusion de l’article présentant l’accord signé par Accenture… Par ailleurs,  en termes de sensibilisation, je pense qu’on en est aux prémices, mais  je trouve que les personnes sont accueillantes et ouvertes sur le sujet.

Je suis ravi de travailler pour Accenture, une entreprise handi-engagée.

Quels conseils donner aux personnes handicapées ?

En parler. Le fait d’en parler librement, voire en faisant des blagues, permet aux gens qui sont en face de nous d’être plus à l’aise avec notre handicap et surtout ne pas se poser de question. Evidemment ce conseil fonctionne si on est à l’aise avec son handicap.

Nos partenaires fondateurs

CEA - CNP - Dassault Systèmes - PSA Peugeot Citröen - Cap Gemini - Crédit Agricole centre-est - IBM - SFR - Thales - Total CEA - CNP - Dassault Systèmes - PSA Peugeot Citröen - Cap Gemini - Crédit Agricole centre-est - IBM - SFR - Thales - Total